Récit Tissé

Une proposition de la Compagnie “Diva…gations”
Un projet dans lequel chaque enfant est un fil qui va
tisser la toile commune.

Contenu du projet, stratégie dʼaction et modalités opérationnelles :

La question qui est posée est «comment créer du commun dans un monde multiple, d’identités morcelées et spécifiquement dans la « maison ». Les enfants d’univers différents, pays, langues, parfois sans généalogie identifiée, doivent faire groupe, micro société, construire leur maison monde. Comment apprendre à connaître l’autre et à se connaître soi même.

Cette question transposée dans la problématique artistique devient :

«comment faire se rencontrer des langages qu’ils soient vivants, savants, pour former un langage original, une dynamique perpétuelle de croisements de création d’invention ?». Dans ce contexte la création “Récits Tissés” fera résonner des fragments de textes, de chants et de chorégraphies comme tableaux filmés de cet univers d’enfants aux histoires croisées.
Les enfants vont imaginer ce monde dans lequel ils vivent, c’est la gageure d’un tel projet.

La pratique artistique est une mise en jeu des problématiques humaines identitaires :

Découvrir un langage, dans le jeu artistique c’est découvrir l’autre. Les identités diverses, les langages artistiques et cultures divers sont appelés à se rencontrer pour créer du commun.
Chacun porteur de sa «boîte à outils» culturelle se livre à la transformation que propose la pratique artistique et la création.
Pour travailler cette question le médium artistique sera la création d’une oeuvre de forme pluridisciplinaire basée sur une narration multiple qui conjugue les mots, les images et les signes de toutes sortes pour, à partir du récit intime de chacun créer un récit commun.
Ce sera le fil rouge de cette création collective : chaque être humain est une histoire, un récit, construisons le puzzle des histoires croisées de la « maison ». Les participants construiront ces langages croisés dans des ateliers de pratique du chant, de la danse, de la vidéo, de l’expression dramatique en groupes, troupe ou orchestre comme une utopie sociale ou chacun évolue dans la dialectique entre sa liberté et ses contraintes au sein du groupe. Une attention particulière sera portée au mineurs non accompagnés sur tous les temps du projet. L’objet issu de ce parcours de création sera scénique, de type «Récit lyrique» ou «Poème multimédia». Cette oeuvre est contextuelle, elle se construira dans la rencontre avec le public concerné.

En voici le processus de création :

Un projet dans lequel chaque enfant est un fil qui va tisser la toile commune.

 « Un honnête homme cʼest un homme mêlé », Montaigne.
« L’homme est un être enchevêtré dans des histoires », Paul Ricoeur.

Le parcours est bâti autour du collectage : rencontres singulières avec les enfants, un collectage élargi au champ de l’intime, de l’instant, ces précieux moments qui nourrissent l’écriture collective : chaque participant étant à l’oeuvre de la conception à la réalisation. Ce collectage met en valeur l’individu. Ce sont ces moments uniques que nous mettons en partage dans la construction du récit qu’il soit musical, graphique, langagier… Il s’agit de développer une “Cré-action” dans le jeu d’une coopération harmonieuse de l’artiste avec le contexte : la maison, les éducateurs, un
“art coopératif de la vie”. Les enfants vous confient des fragments d’intimité, d’individus, de sons, autant de pièces, de traces de vestiges, de bribes, bouts de rythmes, de paroles et de chants qui vont devenir matière à lʼécriture musicale, danses, chants et arguments pour un scénario. Autant de
matériaux pour inventer et faire prospérer le citoyen fraternel de demain. C’est un trésor d’individuation dans lequel chacun prend la parole. L’enfant sème la graine d’où va éclore l’objet artistique. Autant d’histoires nourricières et stimulantes pour l’imaginaire. Comme une pluie fine faisant
s’éclore des désirs pour, de l’expression, faire le chemin vers la création. Nous aurons à réaliser des enregistrements, le tournage de vidéos, des ateliers d’écriture, des scènes dansées… Acquisition de savoir- faire et de savoir être seront au rendez- vous dans l’élaboration de
cette oeuvre commune.

Offrir l’occasion de vivre dans sa chair cette reconnaissance par l’expérience esthétique :

La consolation et la joie par l’acte de conception de création. Ce sera un spectacle pluridisciplinaire et multimédia, musique, danse, paroles seront sur scène et à l’écran. Le médium de la vidéo et de l’enregistrement des enfants est une solution trouvée pour palier au turn-over qui se fait au sein de la Maison et qui ne permet pas d’assurer la présence de tous les enfants sur toute la durée du projet. Nous proposons un parcours de création qui de la sensation initiale, la perception, mène à l’oeuvre par les chemins de création pour le Pôle Enfance, le pôle adolescence, la résidence jeunes mondes et du Siaje (soit 60 enfants jeunes, ados, jeunes adultes). Pour le pôle petite enfance (30 enfants)un spectacle de courte durée dans les lieux comme la médiathèque sera proposé à partir de l’histoire qu’ils auront écrite et qui sera contée, chantée et dansée (scénographie pensée avec un kamishibaï, travail sur le graphisme).

Stratégie d’action-descritptif :

Le parcours s’articulera en trois temps:

  • Le temps du collectage : C’est celui de la rencontre, de la cueillette, matière première à la création. Il aura été expliqué aux enfants que cela peut-être une chanson, une berceuse qu’on leur chantait, un bruit, des rythmes, des bruits/sons qui leur rappellent un joyeux souvenir, une histoire, ou un geste, une danse. Le collectage se fait individuellement avec un artiste et est enregistré (audio ou filmé selon autorisation) pour
    garder la trace de ce premier échange. C’est aussi celui d’ateliers …
    ° Chant : circle song (en cercle, chacun propose un mélodie, un son avec le voix, repris par son voisin et qui tourne), improvisation vocale, des échauffements corporels et de la voix, travail sur la respiration, et les différentes vocalités, sur l’homogénéité (de plusieurs voix faire une seule voix)
    ° Ateliers de pratiques instrumentales avec l’utilisation d’instruments acoustiques et aussi d’instruments électroniques, soundpainting qui permet une création spontanée et évite l’obstacle de la technique, l’improvisation, invention d’une écriture rythmique et musicale, konnakol. Orchestres à dimensions multiples.
    Ateliers de danse : la mémoire sensorielle, émotionnelle, la conscience de son corps de l’espace et du groupe, l’utilisation de l’imaginaire, les intentions du geste dansé
  • Le temps de l’écriture : C’est celui qui permet à l’artiste de déployer le projet dans sa dimension pluridisciplinaire. Les collectages enregistrés permettent leur sélection, les chansons proposées par les enfants sont relevées à la lettre, les histoires croisées vont permettre l’élaboration de la trame dramaturgique en retravaillant le récit de l’oral à l’écrit, en le mettant en forme :
    ° Ateliers d’écriture poétique en utilisant la polyphonie des mots, des langues, structurer les histoires à partir des collectages.
    ° L’appropriation des chants se fait dans un premier temps par l’écoute des propositions des uns et des autres, pour le chant, la mélodie
    écrite est diffusée sur l’écran, l’écriture des paroles, quelle que soit la langue (utilisation de la phonétique), est faite avec les enfants sur les notes de musiques en direct avec eux (la prosodie). Chacun découvre la langue de l’autre, ses différentes musicalités, les collectages très courts peuvent être amené à être développés avec les enfants.
    ° Les gestes dansés, mouvements serviront à la conception de chorégraphies et mettre en lien cette discipline avec la musique, le texte,
    trouver des correspondances à travers ces médiums artistiques.
    ° Ateliers de collectage de sons à l’intérieur de la maison et à l’extérieur pour créer une partition sonore comme élément inclusif à l’écriture
    musicale, qui amèneront à l’utilisation de logiciels d’enregistrement pour retravailler ces sons.
    ° Création des story-board pour la partie arts numériques (dessins, le fil de l’histoire, les différents plans, comment utiliser la caméra, anticipation pour le montage) qui serviront aux créations vidéos qui seront diffusées pendant le spectacle. Les story board replacent le travail sur la généalogie des choses et l’articulation des évènements à l’intérieur d’une création (quel plan, à quel moment).
  • Le temps de la réalisation de l’objet :
    ° Chant et danse : le temps d’écriture achevé, les enfants travaillent la création musicale, les chorégraphies, approfondissent leur sensations et
    appréhendent peu à peu l’exigence de la réalisation. Les répétitions avec les musiciens.
    ° Appropriation des textes par la mémorisation et de la mise en scène soumise par les story board
    ° Tournages : d’après les story board réalisés par tous les enfants et qui comprendront les chants, les chorégraphies, la parole, tout cela mis en
    scène, les musiciens de la compagnie et les « enfants musiciens » de la maison. Certains pourront être désignés à tenir le script, les tops, l’assistance à la réalisation, utilisation de la lumière, de la caméra. Une partie tournage d’image et recherche d’image servira à un mixage en direct pendant le spectacle.
    ° Montages : utilisation des logiciels de montage, importance du lien avec le story board.
    ° Mixage son et image, la musique sera prépondérante sous toutes ses formes : écrite, improvisée, concrète.
    ° Le moment du spectacle sera celui où la narration circulera entre la scène et la vidéo. Où les enfants se retrouveront sur la scène et sur l’écran.

Le travail collégial, de groupe aura permis de développer le travail d’équipe, l’écoute, la coopération, à sentir, apprendre à regarder, se mesure au monde avec son corps. La relation entre les enfants et les artistes, par le prisme des ateliers et tout au long de cette création collective permettra de développer une confiance et un regard extérieur à la « maison » qui sera le moyen pour les enfants de trouver un équilibre entre rationnel et sensible, approfondir une aptitude artistique naturelle et rechercher l’exigence de la réalisation qui est le véritable chemin vers la connaissance de soi.La forme pluridisciplinaire constitue de fait un champs de sensibilisation plus large capable de mobiliser des
intelligences multiples.

Date et durée de mise en oeuvre :

Septembre 2018 à Juin 2020 Le désir de la Maison et de son directeur est d’avoir une présence régulière des artistes, la fréquence des ateliers serait hebdomadaire, 4 groupes à la Maison et trois groupes au Siaje, soit 7 heures par semaines (une heure par groupe) sur 30 semaines sur chaque année du projet. Soit 60 semaines sur deux ans et donc 420 heures d’atelier sur deux ans. Selon l’évolution du projet, les ateliers danse, musique, scénographie et arts numériques (graphisme, vidéo, montage…) et ateliers d’écriture alternent ou se mettent en commun (danse et musique). Les ateliers sont aussi les temps de tournage.

Intervenants : 

Nicolas Bianco compositeur réalisateur directeur artistique
Catherine Demeure : Formée à l’école des Beaux-Arts de Lyon, elle mène une recherche autour du collage visuel et de la scénographie vidéo, démarche liée à la mixité de médias et au récit fragmenté sous forme d’installations visuelles dans des lieux d’expositions ou sur scène. Intéressée par la question du portrait elle participe à des docus-fictions ou Web-doc. Collaboration avec de nombreuses compagnie (Maryse Delente, Cie Propos, Le Rize, Cie La Poursuite, Cie Diva..gations)
Carine Bianco pianiste accordéoniste cheffe de choeur. Musicienne aux multiples influences, ses pas l’ont dirigée vers la classique, le jazz, les
musiques actuelles mais aussi les musiques populaires. Intéressée par la place de l’artiste dans la société, elle collabore depuis 10 ans à collaborer à des projets de création collective auprès de publics en difficulté sociale. Elle participe à de nombreux spectacles et projets de la Compagnie Diva…gations et à l’Opéra de Lyon.
Danseuse ou danseur en cours de distribution
L’équipe musicale sera composée d’un quatuor à cordes et d’un trio piano contrebasse batterie augmenté d’électronique.
Public ciblé : Enfants, Adolescents, mineurs non accompagnés La création concerne 60 enfants, le projet comme expliqué au-dessus implique tous les enfants dans la création, mais la prise en compte des différences d’âges est une réalité non négligeable, l’implication ne pourra pas être la même pour les enfants de maternelles/primaires et les plus grands dont les parcours ou les récits plus denses seront un matériau parfois plus riche, notamment les mineurs non accompagnés par leur parcours compliqué ainsi que les langues et cultures qu’ils apportent avec eux.
Nous pensons faire un groupe pour les maternelles/primaires, un groupe pour le pôle enfance et ado, et deux groupes pour la résidence jeune monde. Pour le Siaje nous pensons à 3 groupes. Nous attendons aussi l’expertise des éducateurs de la maison et du siaje qui sauront établir
des groupes cohérents et de permettre le meilleur déroulement des moments d’appropriation de la création. (Selon les ateliers, des groupes pourront être évolutifs et inter-générationnels). Le projet différent pour les maternelles/primaires se base sur le simple fait que les niveaux de compréhension peuvent être différents, les moments de collectage seront d’ailleurs peut-être différents suivant les différents pôles, les plus petits enfants pouvant avoir plus de mal à s’exprimer sous quelque forme que ce soit.

Retrouvez le journal de cette belle aventure.